Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue

Église Notre-Dame-de-Grâces

Église Sacré-Cœur-de-Jésus

55 rue Ste-Élizabeth, Longueuil

1599 rue Bourassa, Longueuil

2165 rue Gamache, Longueuil

  • Lundi au vendredi: 16h30
  • samedi: 7h45
  • Messes dominicales:
    • Samedi: 16h30, 19h00
    • Dimanche: 9h, 10h45, 16h30
  • Lundi: 8h30
  • Dimanche: 9h30
  • Mardi: 8h30
  • Messes dominicales:
    • Samedi: 16h30
    • Dimanche: 11h00
 
Messes
 

Réconciliation

" Les temps sont accomplis et le Royaume de Dieu est tout proche ; repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle " (Mc 1,15).

À la co-cathédrale, des prêtres sont disponibles aux confessionnaux situés à l'entrée principale de l'église, 15 minutes avant chaque messe.

Acte de Contrition

"Mon Dieu, j'ai un très grand regret de vous avoir offensé
parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable,
et que le péché vous déplaît.
Je prends la ferme résolution, avec le secours de votre sainte grâce
de ne plus vous offenser et de faire pénitence."

La Réconciliation Sacramentelle

L’Église célèbre la victoire du Christ sur le péché

Tout au long de son histoire, l’Église a eu conscience d’avoir à recevoir et à célébrer dans les sacrements le don toujours renouvelé que Dieu lui fait du pardon et de la réconciliation… Chaque sacrement met plus particulièrement en relief tel ou tel aspect du mystère qui dépasse tout signe et tout discours.

Dans l’Église, le premier signe du pardon des péchés est le baptême. Nous l’affirmons dans le Credo : « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. » Mais la vie de l’Église a conduit à reconnaître que, si tout était engagé au baptême, tout n’était pas gagné pour autant. Les baptisés peuvent encore pécher, ils ont besoin d’être réconciliés et c’est alors qu’intervient le sacrement de pénitence. Il ne fait pas double emploi avec le baptême; il en constitue comme un déploiement tout au long de notre existence encore marquée par des ruptures ou des replis sur soi, mais appelée à de nouveaux départs (à une conversion sans cesse renouvelée).

La réconciliation sacramentelle manifeste l’initiative de Dieu

La conversion chrétienne ne se limite pas à un domaine restreint des activités humaines. L’existence entière du croyant est engagée dans la réponse à la Bonne Nouvelle. C’est dans la vie quotidienne que s’effectuent les conversions, les réconciliations, fruits de l’Évangile. Au cœur des efforts de rectitude morale, d’engagement, de réconciliation humaine, le sacrement vient manifester que l’initiative de la conversion et de la réconciliation vient de Dieu et non pas de l’homme. Le sacrement part de ce que nous vivons pour nous révéler ce que Dieu nous propose. Il ne vient pas seulement signifier ce que Dieu a déjà fait, mais il crée réellement une situation nouvelle. En effet lorsque le prêtre dit : « Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, je vous pardonne tous vos péchés », cette parole crée une relation nouvelle entre Dieu et celui qui reçoit ainsi le pardon. Relation nouvelle également avec ses frères.

Tiré de Célébration de la pénitence et de la réconciliation, livre de célébration et notes pastorales, Concacan, 2004, pp 18-19

(Voir une présentation PowerPoint de ce document, préparée par Yves Le Pain, alors vicaire épiscopal aux services à la mission du diocèse de Saint-Jean-Longueuil).

La Célébration de la Pénitence et de la Réconciliation

Veuillez consulter ce document qui vous présentera une démarche pour vivre le sacrement de la réconciliation.